Bahia et son histoire


1549, les caravelles portugaises de Tomé de Souza, débarquent à Bahia.

Devant les richesses qu’offre le pays et face au manque de main d’oeuvre pour les exploiter, les portugais déportent progressivement des millions d’esclaves, du golfe de Guinée et d’Angola. Arrachés à leur continent, les africains n’abandonnent pas pour autant leurs croyances et leurs rites religieux. Au contraire, le coeur du continent noir continue de battre à travers ces rituels que les esclaves célèbrent en déguisant leurs dieux derrière les figures chrétiennes qui leur sont imposées : le candomblé est né.

Lorsque l’esclavage est aboli au Brésil, en 1888, Bahia est un véritable creuset de cultures européenne, amérindienne et africaine.  » São Salvador da Bahia de Todos os Santos  » reste aujourd’hui encore la ville la plus africaine du pays.

80 % de sa population est afro-descendante et leurs rites religieux donnent une ferveur particulière à la Rome Noire. Ouverte à tous, la religion animiste du candomblé est un exemple de mixité réussie, propre à Bahia.